Le café de l'amitié Index du Forum

Le café de l'amitié
Un forum pour passer un moment entre amis 

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
 
 


L'Histoire (succincte) de l'île de La Réunion

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le café de l'amitié Index du Forum -> Espace culturel -> Fonctionnement de cet espace -> Voyage voyage...!
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Loarglas
Membre actif

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2016
Messages: 352
Localisation: La Réunion
Balance (23sep-22oct)
Votre âge: 37 ans

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 18:57 (2016)    Sujet du message: L'Histoire (succincte) de l'île de La Réunion Répondre en citant

Bon, comme on me l'a demandé, je me lance dans l'exposition de mon île.
Allez, on commence par un tout petit peu d'histoire juste pour cadrer tout le reste qui suivra.





Avant l’ère coloniale de la Renaissance, ce qu’on appelle aujourd’hui "l’île de La Réunion" était une île déserte de 2 512 km² (50 km de large sur 70 km de long). Située dans l’Océan Indien, elle fait partie de l’archipel des Mascareignes (comptant aussi l’île Maurice et l’île Rodrigues). Elle est à environ 700 km à l’est de Madagascar et surtout à un peu moins de 10 000 km de la France par‐delà le continent africain. Par "déserte", j'entends qu’elle était dépourvue de population humaine. Île volcanique dont un massif au sud‐est (le Piton de la Fournaise) est toujours en activité, c’est un territoire plus ou moins montagneux dont le plus haut sommet dépasse les 3 000 mètres (Le Piton des Neiges). La zone littorale, enregistrant de fortes températures en été austral, offre de larges plaines très légèrement pentues et rencontre la mer de façon généralement accidentée (plages de galets et petites falaises) quoique dans l’ouest on trouve également de belles plages de sables blancs et noirs ainsi qu’une grande baie naturelle.

Avant l’arrivée de l’homme, La Réunion était presque totalement couverte de forêts subtropicales, à l’exception des endroits trop abruptes (à même la roche), trop froids en hiver austral (végétation arbustives et altimontaines) ou trop arides dans les zones sous le vent (savane). Les animaux et les insectes qu’on y trouvait à l’origine (pour beaucoup disparus aujourd’hui) étaient venus par les airs ou par la mer puis avaient évolué de façon insulaire, donnant des espèces qui pour certaines étaient clairement endémiques ("tortues éléphantines", "huppes de Bourbon", "perroquets mascarins", "papangues" ou "busard de Maillard", "chauves‐souris roussettes noires" et surtout "solitaires de Bourbon" ou "drontes" assimilés à des dodos). Pas de ronces ni de pestes végétales ! C’était un véritable "jardin d’Éden", malgré la traversée ou l’approche tous les quelques années d’un système de type dépressionnaire tropical (dépression, tempête ou cyclone).

Certes, avant le 17ème siècle, on suppose que les Mélanésiens, les Chinois, les Indiens et les Arabes qui sillonnèrent l’Océan Indien avaient pu avoir connaissance de cette île. Pour ce qui concerne les Arabes, certains historiens sont d’avis que leurs navigateurs avaient fait de l’île une escale sauvage pour se ravitailler en fruits et en eau douce, sans avoir cherché à s’y installer. Elle serait alors à identifier sur une vieille carte à un point nommé en indo-arabe "Dina Margabim" (Île de l’Ouest). Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de traces concrètes de ces éventuels passages. Les Portugais non plus, qui l’avaient repéré dès le 16ème siècle, n’y posèrent pas leurs bagages et se contentèrent de la placer maladroitement sur leurs cartes d’abord sous le nom de "Santa Apollonia" puis de "Mascarin" (ou "Mascareigne") en l’honneur de leur grand navigateur Pero MASCARENHAS (nom qui fut attribué ensuite à tout l’archipel jusqu’à nos jours). Les Anglais quant à eux n’y firent qu’une seule escale de ravitaillement, donnant à l’île dans un compte‐rendu le nom "d’England Forrest" (Forêt d’Angleterre). Ces derniers lui préférèrent cependant sa voisine Maurice, offrant plus de baies naturelles, qu’ils disputèrent longtemps aux Hollandais puis aux Français avant de se l’approprier. Les premiers habitants involontaires de La Réunion, qui fut alors appelée "l’île Bourbon" (en hommage à la dynastie du roi de France Louis XIV), furent des marins mandatés par la Compagnie Française des Indes Orientales cherchant à s’installer à Madagascar sur la route qui les mènerait à un commerce fructueux dans les Indes. L’île fut donc officiellement prise en possession par ces Français au nom du roi (peut‐être en 1638 ou 1640 mais plus certainement en 1642) et fut longtemps propriété privée de la Compagnie Française des Indes Orientales.

Plusieurs vagues de colonisateurs français et d’esclaves noirs "importés" (de Madagascar et d’Afrique orientale) créèrent progressivement une première forme de population "bourbonnaise" composée de "blancs" (colons possédant des terres agricoles, majoritairement français mais comptant aussi quelques Portugais) et de "noirs" (esclaves travaillant essentiellement aux terres agricoles des maîtres blancs). L’économie de la colonie se développa d’abord autour du café et du coton avant de se concentrer sur la canne à sucre et la vanille (dont l’espèce endémique est aujourd’hui la plus réputée et la plus recherchée au monde). Après la révolution française, l’île prit le nom officiel de "La Réunion" (en hommage à une célèbre réunion de révolutionnaires à Paris) qui lui resta jusqu’à nos jours malgré une courte période sous le premier empire où on l’appela "l’Île Bonaparte" (du nom de famille de l’empereur Napoléon Ier). De 1810 à 1815, l’île dut subir l’occupation anglaise dans le cadre des guerres napoléoniennes qui opposait la France à l’Angleterre. L’esclavage à La Réunion se poursuivit jusqu’en 1848 où il fut officiellement aboli.

Cependant, il aura fallu presque tout le 20ème siècle pour gommer les inégalités raciales entre blancs (appelés alors les "Gros blancs") et noirs (appelés alors les "Cafres") qui avaient continué à se manifester longtemps par la suite. Les inégalités sociales ne concernaient d’ailleurs pas que Gros blancs et Cafres. Parmi la population blanche elle‐même, à force de partage à outrance des patrimoines entre les héritiers d’un propriétaire, une catégorie parmi elle finit par se retrouver sans la moindre possession (ce n’était plus des Gros blancs) et constitua une nouvelle classe de blancs plus pauvres partie s’installer dans les hauteurs inhospitalières pour vivre de culture vivrière (on les appela alors les "Petits blancs des Hauts" ou "Yabes"). Après l’abolition de l’esclavage, afin de pallier au manque de main d’œuvre, la colonie accepta de recevoir des immigrés "engagés" originaire des Indes, de la Chine et d’Indochine. Cette vague migratoire plusieurs fois alimentée créa alors de nouvelles communautés locales. Les Indiens exerçant la version tamoule de la religion hindouiste furent appelés des "Malbars" (car ils avaient embarqués du comptoir indien de Malabar). Ceux qui exerçaient la religion musulmane sunnite furent appelés des "Z’arabes" (car ils exerçaient une religion d’origine arabe et lisaient le Coran en arabe). Enfin les Chinois et les Indochinois furent confondus sous le terme générique de "Chinois". La riche histoire de La Réunion explique ainsi pourquoi nous nous trouvons face à une population réunionnaise aux multiples couleurs et religions. Les "Gros blancs", les "Yabes", les "Cafres" (ou "Kafs"), les "Malbars", les "Z’arabes" et les "Chinois" furent bientôt rejoints par une population d’origine fraichement "métropolitaine" (ceux nés en Métropole sont appelés des "Z’oreilles" ‐ ou "Zoreys" ‐ et ceux nés sur l’île des "Z’oréoles" ‐ ou "Zoréols") et récemment par une vague de population d’origine malgache et mahoraise/comorienne. Le tout compose un seul et unique peuple dont la culture commune (faite du métissage culturel de toutes les communautés et représentée par un patois de base française ‐ le créole réunionnais ‐ contenant plus ou moins selon les localités de l’anglais, du portugais et du malgache) est globalement désignée comme "créole" ou "réunionnaise". Cette culture globale se laisse volontiers déborder dans l’exposition et les coutumes par des micro‐cultures communautaires (créoles blanches, cafres, indiennes, indo‐catholiques, indo‐musulmanes, chinoise, sino‐catholiques, malgaches, mahoraises, métropolitaines et récemment juives).

En 1946, la colonie de "La Réunion" a refusé par voie de référendum de prendre le chemin de l’indépendance, malgré la période générale de "décolonisation" qui débutait et les mouvements indépendantistes communistes qui ont aujourd’hui disparu et qui commençaient leurs propagandes. Elle l’a exprimé (avec quelques autres colonies) en acceptant de devenir un DOM (Département Outremer), officiellement égal à tous les départements français de Métropole. Cette égalité, à cause du passé colonial et esclavagiste mais aussi de la pauvreté initiale de la majorité des Réunionnais ou encore de leur éloignement significatif de la Métropole, a dû prendre des décennies pour devenir une réalité, en faisant face à de nombreux défis. Entre temps, La Réunion est également devenue une "Région" française qui administre aussi quelques îlots déserts de la zone océanique appartenant à la France. Aujourd’hui, à quelques exceptions près, l’égalité est chose acquise. La Réunion est le DOM français le plus peuplé (850 000 habitants), le plus métissé (physiquement mais aussi culturellement), et également le plus dynamique (sur le plan social et économique), et ce malgré les défis des temps modernes dont le plus difficile reste encore le fort taux de chômage (soit un peu moins d’un tiers de la population active) et l’affrontement des intempéries tropicales (les tempêtes et cyclones).

Sur le plan international, l’île de La Réunion a longtemps été une inconnue, à part peut‐être des amateurs de vanille et de volcanologie. Dans les années 1980, elle a commencé à briller aux yeux des amateurs et des professionnels du surf par l’organisation de compétitions internationales dans les eaux de l’ouest (Saint‐Leu). Les années 1990 et 2000 ont achevé de placer cette petite île sur la carte internationale par le développement fulgurant de son tourisme, scandant alors son slogan devenu célèbre : "La Réunion, l’île intense". Dans les années 2000, l’organisation de courses de montagne à participation internationale (Le Grand Raid/Diagonale des Fous) a encore davantage placé La Réunion sous les projecteurs. Puis dans les années 2010, les tristes épisodes de ce qu’on a appelé "la crise requins" où des attaques de squales avaient causé la mort de plusieurs personnes usagers de la mer ont aussi été tristement médiatisés dans le monde (certains médias américains n’ayant pas hésité à surnommer La Réunion "Shark Island", c’est‐à‐dire "L’Île aux requins") sans pour autant abattre l’attrait touristique réunionnais principalement tourné aujourd’hui vers ses montagnes.

Voilà pour le côté historique/culturelle (général). Après ça, mes autres postes seront plus ciblés (sur un aspect culturel, touristique, alimentaire, etc.) et (oui Sylvie) avec des photos (promis) Wink
_________________
"Une petite flamme dans la nuit, ça ne pèse pas bien lourd... Et pourtant, ça chasse l'obscurité"


Dernière édition par Loarglas le Sam 24 Sep - 20:34 (2016); édité 3 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 18:57 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
sylvie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2007
Messages: 7 093
Localisation: paris
Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 19:10 (2016)    Sujet du message: L'Histoire (succincte) de l'île de La Réunion Répondre en citant

c'est tout petit finalement. Je pensais cette ile bien plus grande. Mais 50 km x 70 Km, ce n'est pas si grand. Ca me fait toujours drôle de penser que la France est aussi à des milliers de kilomètres d'ici   C'est pô juste !!! Ici il pleut tout le temps, et chez vous... non c'est pô juste !

Tout le 20ème siècle pour gommer les inégalités raciales ! C'est triste, car c'était hier. Comme quoi ! l'humain a avancé à pas de géants en matière technologie, mais avec une lenteur extrême quand il s'agit de voir l'autre comme son égal.

Merci merci !!
_________________

N'oublions pas de REGARDER LA VIE


Revenir en haut
Loarglas
Membre actif

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2016
Messages: 352
Localisation: La Réunion
Balance (23sep-22oct)
Votre âge: 37 ans

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 19:24 (2016)    Sujet du message: L'Histoire (succincte) de l'île de La Réunion Répondre en citant

sylvie a écrit:
c'est tout petit finalement. Je pensais cette ile bien plus grande. Mais 50 km x 70 Km, ce n'est pas si grand.


C'est ce qui parait bien sûr au premier abord quand un Métropolitain imagine la surface aussi plane que le bassin parisien. Mais il se trouve que mon île est très montagneuse (3000 mètres d'altitude au Piton des Neiges), avec des cirques, des plaines et des plateaux. L'ensemble paraît beaucoup plus impressionnant quand on y est. Beaucoup de Métropolitains restent bouche-bée en venant ici. Comment cette île peut être à la fois si petite... et paraître si grande...

Oui, le 20ème siècle, c'était hier. Quand j'étais petit (années 1980), La Réunion commençait tout juste à ressembler à un département français (en matière urbain, technologique, etc.) alors qu'elle l'était sur le papier depuis des décennies. L'esclavage aboli en 1846 est resté une sorte de plaie ouverte dans notre Histoire. Nous sommes très satisfaits que la France ait enfin reconnu qu'il s'agissait d'un "crime contre l'humanité". Le 20 décembre 1846, l'abolition est rentrée en vigueur sur l'île, annoncée par un émissaire de Métropole sur la place publique de Saint-Denis (capitale coloniale), un dénommé Sarda Garriga.

La France a autorisé dans les années 1990 que la date du 20 décembre soit fériée pour nous. On appelle ce jour en créole "fèt' Kaf" (c'est-à-dire "Fête des Cafres") car c'est la communauté des descendants d'esclaves. Pour nous, ce jour concerne cependant toutes les communautés. Et moi qui suit "demi-yabe"/"demi-zorey", je me sens tout autant concerné. Ce jour est notre fête régionale. Il commémore l'abolition de l'esclavage mais proclame l'aspiration universelle des Réunionnais pour la liberté, l'égalité et la fraternité (c'est la devise nationale de tous les Français à la base).
_________________
"Une petite flamme dans la nuit, ça ne pèse pas bien lourd... Et pourtant, ça chasse l'obscurité"


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
sylvie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2007
Messages: 7 093
Localisation: paris
Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Ven 17 Juin - 06:20 (2016)    Sujet du message: L'Histoire (succincte) de l'île de La Réunion Répondre en citant

L'année dernière nous sommes partis au Sénégal, et avons visité l'Ile de Gorée au large de Dakar. La maison des esclaves... épouvantable. Je n'osais pas m'approcher des murs emprunts de tant d'horreurs et de souffrances. Je craignais presque d'entendre les cris, les pleurs de tous ces hommes, femmes, enfants qui avaient été enchainés, battus, torturés dans ces murs.

Ce fut une visite éprouvante, et même si je suis contente de l'avoir fait, j'avais hâte de sortir de ce lieu d'enfer. Je suis toujours très émue quand j'y pense. L'homme est le pire ennemi de l'homme.
_________________

N'oublions pas de REGARDER LA VIE


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:08 (2017)    Sujet du message: L'Histoire (succincte) de l'île de La Réunion

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le café de l'amitié Index du Forum -> Espace culturel -> Fonctionnement de cet espace -> Voyage voyage...! Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com


Template "Printemps" © Créations Nollizua